Passo Viafiorcia e anello del Colletto Verde



Tipi di traduzione


Traduzione del testo






Testo di origine








1328 / 5000



Risultati della traduzione

Deuxième et troisième sorties de notre cycle de sorties, organisé en collaboration avec le CAI de Pinerolo. Samedi 7 étudiants et 3 guides: quel luxe! A Stefano Pelissero, qui a déjà montré ses talents de conduction sur l'escarpé Passo San Giacomo (voir les épisodes précédents), s'ajoute le jeune Gioele Poddine. Une sacrée équipe au travail! Le samedi, nous sommes submergés par la neige, nous partons de Giordano di Prali, en direction du col de Viafiorcia. Beaucoup de neige, 60-80 cm. Pour faire notre trace, la neige arrive à nos genoux; et pour descendre, il est difficile de sortir de la trace. Ce sont des conditions rares, que l'on retrouve surtout en début de saison, une à deux fois par an. La vue sur la "vallée des mines" est magnifique, nous sommes revenus en hiver en un éclair! Certains essaient les nouveau skis, certains courageux iront au sommet en faisant du biathlon sportif (ski + nage dans la neige), certains essaient de descendre librement (sans fermer la chaussure). Descente, la neige adoucit tout. A la bergerie du Bout du Col nous réalisons une belle recherche sur les avalanches et discutons des meilleures stratégies pour secourir la victime (la meilleure stratégie: ne pas rester enterré). Nous descendons donc à la voiture un peu tard, mais au parking la proposition d'un deuxième voyage le dimanche est née: une fois que nous sortons de la zone rouge, nous voulons tous profiter de toute cette neige!


 

Le dimanche commence très mal. Nous sautons le point d'arrêt du café à Pragelato ... et nous ne trouverons plus de bar ouvert! Avec Stefano Pelissero et 6 braves personnes en crise de sevrage de caféine, nous nous garons à Claviere et un peu boudeurs et affamés, nous nous dirigeons vers la cabane de Gimont. Après l'avoir dépassé, nous continuons plus loin, jusqu'à tourner vers l'est en direction du Colletto Verde, que nous atteignons facilement. De la belle journée, nous passons à une courte chute de neige, les nuages ​​du côté italien sont assez sombres ... Nous traversons vers la gauche pour entrer plus doucement. Expérimentons comment NE PAS laisser les semelles au soleil pendant la pause pique-nique ( merci le spray anti-botte), et nous entamons notre descente dans la vallée des Mandarins. C'est l'un des itinéraires hors-piste les plus populaires de la station de ski. Mais maintenant, avec des remontées mécaniques fermées et des français en confinement (ils sont limités à 10 km de chez eux) ... il n'y a que trois traces dans toute la vallée! Nous profitons donc de la récente chute de neige pour montrer nos compétences en descente, jusqu'à la gorge qui caractérise la dernière partie de la vallée. Gorgia delicatina! Il sera sûrement difficile de réussir dans les prochains jours, mais nous passons facilement (n'est-ce pas Lisa?) ce test indemnes. Puis un peu plus de vallée, un peu de côté dans les bois, jusqu'à atteindre les pentes qui nous ramènent d'abord à Montgenèvre, puis sur les dernières bandes de neige pratiquement à Claviere près du premier pont. Nous nous tournons vers un bar fermé, que nous nous laissons ouvrir, et la Menabrea à la fin du voyage nous fait tinter la gorge assoiffée!



0 visualizzazioni0 commenti