top of page
Rechercher

Déménagements et émigrations

La fin mai commence par un déménagement en terres transalpines (retour à Grenoble), puis une "courte" quarantaine... qui se termine juste à temps pour les examens du collège.

Ultima giornata di scuola!

Profitant des déplacements Pinerolo-Grenoble les week-ends, j'en ai profité pour aller prêter main forte aux guides Victor et Ben pour le week-end du camp d'alpinisme de l'équipe Isère jeunes alpinistes FFCAM. 24 jeunes de 16 à 25 ans qui souhaitent découvrir la montagne, avec un but constant de perfectionnement et une dynamique d'équipe qui fait souvent défaut sur notre territoire! Le vendredi les activités de préparation se déroulent à vive allure et sans s'arrêter, certains gars escaladent les murs d'Ailefroide en toute autonomie, tandis que les autres arrivent tranquillement en voiture. Pendant ce temps, les guides discutent de la logistique compliquée :

Dure séance de preparation

Nous nous sommes partagés entre la crête de la Pointe des Cinéastes, l'arête sud du petit Pelvoux avec traversée sur le Glacier des Violettes, tandis que Estelle et moi suivis de Capucine et Nils le jeune serons occupé à traverser le Sialouze. La montée jusqu'au refuge de Pelvoux est longue, nous bivouaquerons derrière le Refuge (qui est super et le réfugiste très serviable, mais les jeunes aiment le plein air).Un dîner important et une nuit pas trop froide, à 4h30 nous nous réveillons, petit déjeuner et départ pour la Bosse de Sialouze.

Ici nous nous encordons (c'est un glacier !) et allons rejoindre le début de l'arête.

La première partie est évidente mais avec du rocher médiocre, on enchaîne des longueurs de 10-15 mètres, on bouge bien. Puis beaucoup de montées et déscentes, l'arête est longue. C'est sympa de voir des gars qui n'ont pas toujours le sens aigu de la recherche de la voie la plus simple: mais qu'importe, ce sont tous de forts grimpeurs..La dalle de 5b ne nous pose aucun problème en grosses, mais le passage qui suit est plus compliqué, le dièdre et la prochaine traversée à droite sont le nœud. A noter également la dalle pour atteindre le sommet, que j'avais déjà parcourue il y a quelques années en sortant par Livanos, en face ouest !

Dalle compacte sous le sommet

Depuis le sommet, il reste encore un peu de chemin pour rejoindre le col qui sépare l'arête du Pic Sans Nom. Un passage d'escalade de Capucine en gros écart vers la gauche nous coupe le souffle, très bien, quelle classe !

Vers la fin de la traversée

La dernière fois que je suis descendupar ces rappels, après le George-Russemberger, j'étais beaucoup plus explosé! 6 rappels de près de 50 mètres (le premier dans la neige, le dernier dans l'eau) nous emmènent jusqu'au glacier, puis nous glissons rapidement vers le refuge.

Deuxième rappel

La descente est encore longue, longue, surtout pour Capucine et ses genoux endoloris.. J'en profite pour lui tenir compagnie et observer la beauté de cet environnement, plein de bouquetins, de fleurs, de pierres, et de vestiges glaciaires. Après tout, la descente à la vallée dans les Ecrins dans le noir de la nuit fait partie du jeu.

Dîner tardif au camping d'Ailefroide et le lendemain matin on se réveille (lentement) et avec un peu de paresse on s'engage sur les grandes voies d'Ailefroide. Nus voilà au secteur Carramba ? où avec Estelle (une autre Estelle) nous parcourons un beau parcours de 6 longueurs, sur une très belle dalle très travaillée, et nous descendons juste à temps avant la douche. Un beau week-end, des super filles et garçons, qui par rapport à l'année dernière ont obtenu un excellent niveau d'autonomie ! (merci Eymeric pour les photos)

Un petit mot : ce jour-là, j'ai appris à ne pas faire confiance aux cordelettes pourries qui relient parfois les relais. Le même jour, un malheureux alpiniste descendant de la traversée du Pelvoux a doublé une corde sur une ligne .. mais tout l'éperon a cédé ! Nos jeunes avaient évalué ce relais trop instable et l'ont évité... Voici l'article de journal et ici une analyse de l'accident sur camptocamp.

 

Quelques jours plus tard j'ai l'occasion de rencontrer et de donner un coup de main à l'ami Guillaume, qui au sein du club Gucem a conçu un mini-cycle pour se perfectionner à la falaise. Nous nous dirigeons vers Lans en Vercors, l'une des plus belles falaises dont je me souviens dans la région, cailloux ultra, la dernière fois il faisait -5°C.. Anticipation, lecture de rocher, respiration, sensation de centre de gravité, rythme, toutes les astuces pour grimper avec plus de sérénité. Bravo Guillaume pour l'initiative !


Et voilà, après les examens scolaires (presque terminé, mais un autre oral..), après avoir assemblé tous les canapés de la nouvelle maison, passé les examens universitaires, la saison estivale commence, n'hésitez pas à nous contacter pour organiser avec vous les prochaines ascensions !


69 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page